Categories

Accueil > Les Actions > Lékritir kréol La Rényon > Annexes, documents de travail et textes de référence > Règles de base possibles

fontsizedown
fontsizeup
3 novembre 2016
Webmestre

Règles de base possibles

1. Utiliser les accents aigu et grave

2. Utiliser les lettres muettes si nécessaire

3. Éviter d’être en contradiction avec une règle fondamentale pour l’apprentissage du français

4. Nous proposons de noter les sons consonantiques (phonèmes/sons) : /ch/, /d/, /gu/, /gn/, /l/, /m/, /n/, /p/, /s/, /sh/, /t/, /v/ et /z/ avec un « e » muet final pour confirmer la prononciation de la dite consonne. Sans le « e » : b, f, k, r

5. Mettre un « e » à la fin des formes courtes des verbes se terminant par un son consonantique ?
Ex : tir/tire, shant/shante. Impossible pour : zoué, loué, iabou/ienbou,

6. Les onomatopées ne prennent pas de « e » final : hop, boum, pèf, koutiam, vap, fiout,

7. Certains mots adoptés directement des langues étrangères (non française) conservent leur écriture d’origine : quorum, kyrie, …

8. Les mots empruntés récemment à des langues autres que le français (stop, cash, ring...) conservent leur écriture d’origine.

9. Les sigles qui ont une certaine historicité gardent leur écriture d’origine (AMG, CGT, CAPES, CCEE, GSM …

10. Le son /y/ devant /an/, /in/(alors noté « en ») et /on/ s’écrit « i » .
Ex : ienbou, ianbane, ...

11. Les évolutions lexicales (zizib, zizim, vandredi, vantredi, vandrodi) faire une remarque globale

12. /w/ : le W pour les mots grammaticaux et le OU pour les mots lexicaux. Ex : mwin, témwin, amwin, moin(plisse),

- Mettre un « e » pour les mots en « anm » pour bien prononcer le « m » quand il n’y a pas de « b » suggéré
- Cas des voyelles nasalisées (an, in, on) précédant une consonne finale : pour le « g » rajouter le « ue » sauf pour distinction des homographes (tang et tangue : le tang i tangue)
- Cas du « g » prononcé « gue » : rajouter le « ue » en finale absolue sauf distinction des homographes (tang et tangue)
- Cas du « l » : rajouter le « e » en finale absolue sauf distinction des homographes (zamal et zamale)
- Pour an, in, on : ne pas mettre le "e" afin d’éviter forte accentuation du b ou d
- Le public aurait choisi nb (49) plutôt que le mb (12) plus facile à lire rapidement (Vigile)
- Lexical : anb (lanb) - grammatical : anm (ansanm) ( à expliquer) – Solution française pour glande ?
- Tand – (Tandreté) – Tandrèsse -
- Pour les consonnes finales (b, ch, d, gn, m, n, p, s, sh, t), on propose de mettre un « e » muet final afin de confirmer la prononciation de la dite consonne sauf quand elles suivent des voyelles nasales
- ain (tain), ein (teint), hym(thym), in : homographie (traitement global ?)
- Doubler le "s" entre 2 voyelles pour faire le son "se"
- cas du sh, ch, s, ss, ..
- cas du o, au, eau, aut, eaux, ot, os, aulx, aud, op, oh, oc, ho, oo, ô,
- e, eu, é,

Sa fanm-là, sa in bon fanm
Ça fanm-là, ça in bon fanm
Sà fanm-là, sà in bon fanm
 ?

Partager sur les réseaux