Categories

Accueil > Les Actions > Colloque inter-CCEE 2015 > "Faire société" par Nicolas Sadoul au colloque inter-CCEE 2015

fontsizedown
fontsizeup
27 mai 2015
Webmestre

"Faire société" par Nicolas Sadoul au colloque inter-CCEE 2015

Nicolas Sadoul, secrétaire national de la Ligue de l’enseignement, a parlé du « faire société » par l’éducation populaire au colloque inter-CCEE 2015. Il vient compléter les arguments de Christian Maurel sur la refondation de l’éducation populaire.

JPEG - 78.3 ko
Nicolas Sadoul

Le constat de l’augmentation massive du chômage, l’abstention aux différents votes, posent la question de l’émancipation de la personne dans notre société.

Dans l’idée d’une société participative, de regrouper, rassembler, pour refonder avec les acteurs, le monde de demain, 4 axes de développement sont à soulever au sein de l’Education Populaire :
- la créativité, participation dans la vie associative,
- les activités pratiques,
- les alternatives en matière de développement durable et d’économie sociale et solidaire,
- les acteurs du territoire.

JPEG - 115.7 ko
Assistance lors de la conférence de Nicolas Sadoul

Quelles participations pour quels espaces dans la société créative ?

La créativité est une des avancées à envisager pour le développement urbain, soit l’économie créative, Quartier Créatif, ville créative.

Pour l’approfondissement démocratique, le tirage au sort de représentants est serait une alternative au fonctionnement actuel. L’atelier constituant (de réécriture de la constitution par des citoyens) qui est mis en place en métropole peut également être un outil important dans la réappropriation de la constitution.

La ville d’aujourd’hui est la ville de la « divers cités », avec des flux inter-territoriaux qui la rendent interculturel, sur les territoires d’Outre-Mer on note un éloge de la créolité en opposition au métissage.

Le discours de M, Sadoul s’est beaucoup orienté sur la démocratie participative, mais l’assemblée s’est focalisée sur la créolité différenciée du métissage. La notion de peur de se questionner sur ce dernier sujet est mise en valeur.

« La société qui veut l’inverse de ce que l’on propose », l’éducation populaire s’engage dans des projets nobles mais la problématique est de la conscientiser sur ces sujets.

« L’éducation populaire c’est penser globalement pour agir globalement ».

Partager sur les réseaux