Categories

Accueil > Les Orientations > Education

fontsizedown
fontsizeup
10 juin 2013
Webmestre

Education

L’éducation fait partie des missions fondamentales des CCEE, dès la loi de 1984. À La Réunion, la création du comité intervient dans une période délicate : certes, l’île est un peu sortie du « fénoir » politique, économique et social, mais il y a encore énormément à faire.

Raymond Mollard, membre du Conseil de 1984 à 2004, se souvient de la stupeur avec laquelle la Région accueillit ce constat, quelques mois à peine après l’entrée en fonctionnement du CCEE : « Quand nous avons dit qu’il fallait d’urgence doubler le nombre de lycées, personne ne voulait nous croire ! Il y en avait six à l’époque : Leconte de Lisle et Lislet-Geoffroy à St-Denis, Roland Garros au Tampon, Bouvet à St-Benoît et les lycées de St-Paul et St-Louis. Et cela paraissait largement suffisant à certains. Tout le monde ne se rendait pas compte que nous courions à la catastrophe si l’on n’offrait pas de possibilité de formation aux dizaines de milliers de jeunes qui allaient arriver dans les années suivantes... »

JPEG - 27.6 ko
Ouvrages sur l’éducation

L’intelligence des partenaires balaie heureusement ces idées reçues et l’immense chantier démarre : ce n’est pas par deux mais presque par cinq (28 au lieu de 6) que sera multiplié le nombre de lycées en vingt ans ! La tâche n’est pas terminée puisque le CCEE préconise la construction d’encore quatre établissements avant 2006 (deux dans le Nord, un dans l’Ouest et un dans le Sud).

Les autres strates de l’enseignement, collèges et écoles primaires, n’ont pas été oubliées : le CCEE s’est penché entre autres sur le délicat problème du bâti primaire, afin de tracer les grandes lignes d’une école plus confortable, plus propre, mieux adaptée aux conditions climatiques, bref plus agréable et efficace. Au haut de l’échelle, le CCEE suit et encourage depuis le début le remarquable développement de l’Université, notamment à travers ses avis sur le budget de la Région.

Certes, il n’y a pas que l’enseignement initial, dans une société : la formation professionnelle et continue, l’éducation populaire et tout ce qui se rassemble sous la définition de « socio-éducatif » participent au progrès commun.

Même s’il a mis d’abord l’accent sur la question scolaire proprement dite, le CCEE a montré dès les premières années qu’il était attentif à tous les problèmes. L’accompagnement aux études, les activités socio-éducatives, mais aussi les problèmes plus généraux liés au changement de société ont fait l’objet d’études approfondies. Un des exemples le plus parlant est le rapport « Pour une école sans drogue », qui a été l’occasion de mettre au jour des problèmes qui avaient été rarement médiatisés auparavant (la forte montée de consommation du zamal dans le milieu scolaire, la dangereuse dépendance psychique qui en découle, l’encore plus dangereuse association de la drogue avec l’alcool et des médicaments psychotropes). Des recommandations ont été émises par le CCEE, et différentes actions ont été menées (notamment la publication d’un livret-guide de prévention sur les dangers du zamal).

Autre exemple : la Table ronde sur l’éducation populaire, qui a rassemblé plus de 130 personnes en 2002...

Cet immense chantier est loin d’être terminé : la jeunesse est nombreuse à La Réunion, elle souffre d’un changement de mode de vie qui a été rapide, elle craint pour son avenir, dans un contexte très marqué par le chômage, et il serait irresponsable de dire que sa formation ne se fait que sur les bancs de l’école...

Partager sur les réseaux