Categories

Accueil > Les Actions > Colloque inter-CCEE 2015 > Education populaire et illettrisme : les cases à lire

fontsizedown
fontsizeup
27 mai 2015
Webmestre

Education populaire et illettrisme : les cases à lire

Isabelle BERTIL des CEMEA, souligne la nécessité de « repartir de l’envie des personnes, c’est comme ça qu’on combat l’illettrisme. Il est nécessaire de rétablir un climat de confiance » pour passer la barrière de la langue.

Quelle forme d’accompagnement proposée aux publics ? Comment l’organiser ?
Comment retenir l’intérêt des publics ? Quelle posture adopter ?
Comment toucher tous les publics et notamment les « invisibles » qui n’apparaissent sur aucune base de données institutionnelles ?

Répondre à ces questions semble essentiel si nous souhaitons redonner envie aux gens d’apprendre et les inciter à avancer et à se construire avec l’autre.

JPEG - 76 ko
Les intervenants

Selon l’Universitaire Raoul Lucas, il s’agit de la crise générale de l’autorité, de l’épuisement du modèle scolaire, de la manière d’enseigner.

Pour pallier aux difficultés de transmission liées au « monde du zapping » actuel ; il note que les enseignants, formateurs et animateurs doivent donc s’interroger et approfondir les questionnements.

Il est aussi nécessaire de retrouver une intimité sociale, disparue de l’Education Nationale pour redonner toute valeur aux personnes.

Dans le public, Christian Maurel applaudit cette initiative en assurant que la Refondation de l’EP (idée fondatrice de ce colloque) se fait sur le terrain.

Mme Valérie Bénard, vice-présidente du Conseil Régional, déléguée à la lutte contre l’illettrisme, en sa qualité d’animatrice du débat, explique le contexte de création à la Réunion des « cases à lire » et des écoles de la deuxième chance.

Depuis 2010, le conseil régional de la Réunion a confié à l’Education Populaire le projet de « redonner le goût d’apprendre aux gens » en s’appuyant sur le tissu associatif local pour développer et animer les « cases à lire ». De plus, a été confié aux acteurs volontaires de la vie économique de la Réunion le travail partenarial sur le projet d’école de la deuxième chance.

Nicolas Deloffre, directeur de l’école de la deuxième chance ; établit un bref historique de leur installation à la Réunion depuis 2010 en notant plusieurs particularités :
- la forte implication d’acteurs issus du tissu économique local dans le fonctionnement de cette association ; cet élan de bénévolat permet d’ailleurs de réduire les coûts de formation, inférieurs à ceux de la moyenne nationale,
- un accompagnement individuel et adapté à chaque stagiaire,
en utilisant d’une pédagogie différenciée e en proposant un accompagnement social (inédit à la Réunio qui devrait être repris à l’échelle nationale et européenne)
- une nécessité d’engagement du jeune, codifiée par une pédagogie de contrat et un recrutement axé sur la motivation du jeune.

Depuis sa création, les E2CR ont accueilli 1851 jeunes dont 56,2 % issus de quartiers prioritaires. Chaque année sur toute l’île, sur une moyenne 700 jeunes, l’école de la deuxième chance compte un taux de sortie positive d’environ 50 % (dont 30% directement dans l’emploi).

Madeleine Gaze, présidente de la Case à Lire de la Plaine des Palmistes, précise que chaque Case à Lire de l’île est unique puisqu’elle est le reflet de la vie du quartier et de ses habitants qui y apportent leurs savoir-faire. Elle propose d’exposer le fonctionnement de sa case à lire.

Elle note notamment :
- La volonté de rendre les participants acteurs de leurs savoirs : les ateliers sont basés sur leurs envies et leurs savoir-faire, et c’est cela qui va permettre de structurer un nouveau rapport à la langue écrite
- L’implication des bénévoles dans la vie de cette structure
- La transversalité des actions et des partenariats, le lien essentiel entre les actions et les partenaires et le lien des actions entre elles.
Selon lui, la lutte contre l’illettrisme passe par le processus de reprise de soi et d’émancipation : il faut passer d’une image de soi négative à une image positive : « faire œuvre ».

JPEG - 104 ko
Les réponses aux questions de la salle

Eléments de synthèse du débat réalisés par des stagiaires DEJEPS CEMEA Réunion

Partager sur les réseaux