Categories

Accueil > Les Actions > Colloque inter-CCEE 2015 > Education populaire et Numérique

fontsizedown
fontsizeup
28 mai 2015
Webmestre

Education populaire et Numérique

Pour un usage citoyen des TIC… L’accès pour tous et le développement des usages libres et équitables des TIC :
« Je suis nul en informatique mais passionné par ces machines ».

Comment accompagner l’ensemble de la population pour ne pas faire de nouveaux « fracturés du numérique » via l’éducation populaire ?

JPEG - 86.4 ko
Présentation du "libre" par Pascal Gascoin

Manuela LEYNAUD, Directrice de l’Education à la Région Réunion a décrit comment depuis 2010, les lycéens bénéficient d’un ordinateur portable individuel. La région en a distribué jusqu’à présent 80 000.
Cet outil offre l’opportunité aux lycéens de développer leur niveau éducatif et pédagogique au sein de l’établissement et aussi de leur permettre de travailler individuellement au sein de leur foyer.
Peu importe le niveau social de chaque élève, tous en bénéficient.
Les parents d’élèves demandent la mise à disposition d’outils collaboratifs sur les ordinateurs POP afin de renforcer le lien entre la famille et le jeune.

En 1985, a rappelé Pascal GASCOIN des CEMEA Réunion, Richard STALLMAN a mis au point la licence GPL (General Public License) incluant :
-  Liberté d’exécuter
-  Liberté d’étudier le fonctionnement du logiciel
-  Liberté de distribuer les copies
-  Liberté d’amélioration (ex : traduction d’un logiciel en créole et en faire bénéficier la communauté)

Daniel MEMBRIVES présente les actions de l’association SOLIDARNUM qui s’inscrivent bien dans le concept d’Education populaire (Ordi 2.0, RunFabLab, Emplois d’Avenir en EPN,…) ainsi que le réseau d’acteurs de l’Education Populaire engagés dans ces opérations.

JPEG - 111.1 ko
Assistance lors de l’atelier Education populaire et Numérique

La Région Guadeloupe indique accompagner les élèves de seconde ainsi que les stagiaires du RSMA (don d’ordinateur).
Celui qui a une bonne maîtrise de l’outil cherchera à modifier le logiciel, tandis que l’autre ira le revendre (jugeant l’outil obsolète).
Accès facile au numérique mais crée des failles au niveau du savoir. La culture numérique fera que le jeune voudra tout et tout de suite sans rechercher l’effort.

Les Cyberbases du TCO ont constaté un problème d’identité numérique. La population connaît le matériel « pousse bouton » mais n’a pas forcément la culture numérique. Un travail au niveau du réseau partenarial devrait être fait pour une meilleure collaboration sur les numériques.
L’accès aux personnes âgées de prime abord difficile est compensé par leur plaisir d’apprendre avec des personnes en qui elles ont confiance.

Les collectivités (ex : la mairie de St Joseph) réalisent des logiciels applicatifs mis ensuite à disposition de leurs homologues.

Le débat avec la salle a fait ressortir que :
- Dès le plus jeune âge, apprendre à l’enfant à utiliser le clavier numérique.
- Le développement des usages libres et équitables des TIC s’impose
- Mettre en place une école du WEB comme à Paris dans le quartier des Camélias sera une expérience intéressante à suivre.
- Il nous faut nous interroger sur les effets des TIC sur les structures, sur les rapports sociaux.
- Les TIC sont en train de prendre la place sur la vie privée, la famille, la confrontation des idées ?
- Le télétravail est un bel exemple pour montrer qu’une fois encore la gouvernance n’intègre pas une notion importante en lien en plus avec le développement durable et les problématiques de transport.

Partager sur les réseaux