Categories

Accueil > Les Orientations > Culture

fontsizedown
fontsizeup
10 juin 2013
Webmestre

Culture

Vaste sujet, la culture ! Et dossier souvent polémique, dans un département où la politique politicienne a longtemps faussé les débats.

« Nous devons tendre vers un nouvel équilibre culturel qui prend en compte :
- La nécessaire mise en valeur de toutes les composantes de la culture réunionnaise,
- L’accueil des nouveaux arrivants,
- Le refus de toute assimilation à quelque culture plus ancienne (il n’y a pas plus de « goyave de France » que de « goyave de Chine, d’Inde ou d’Afrique) et à une seule musique (le maloya est et restera le symbole de la révolte des opprimés, mais nous apprécions également le séga, les musiques orientales…) »
Roger Ramchetty, discours de clôture des Rencontres de la Culture 2000.

JPEG - 83.7 ko
Ouvrages culturels

Une plaquette sur « La problématique du développement culturel à La Réunion », éditée en 1997, schématise les trois courants qui se partageaient alors ce domaine :
- Un courant « assimilationniste français » : La Réunion, pays français, ne peut avoir qu’une culture nationale teintée d’un peu d’exotisme.
- Un courant « assimilationniste-communaliste » : La Réunion, mosaïque d’ethnies, n’a pas de culture propre et doit retourner aux sources de son peuplement, qu’elles soient africaines, asiatiques ou européennes.
- Un courant « kréol » : la culture réunionnaise plonge ses racines dans une réalité métisse, pour construire une identité nouvelle.
... Avec cette complexité supplémentaire : on peut revendiquer des positions appartenant à plusieurs courants à la fois !

De véritables conflits ont opposé les partisans de telle ou telle orientation, aggravés par la confusion longtemps entretenue entre réalité identitaire et statut politique : vouloir s’affirmer Réunionnais a longtemps été assimilé à un refus de se reconnaître Français, ou Européen...

Le CCEE s’est penché dès sa création sur ces questions qui faisaient partie de sa mission primordiale, en essayant d’apporter une réflexion qui ne soit au service d’aucun clan.

Un des premiers points concernait les racines : d’où viennent les Réunionnais ? D’une histoire qui n’a pas toujours été facile à digérer et dont les pages les plus sombres font l’objet d’un non-dit. Dès 1986 avec l’exposition sur l’Inde et La Réunion, encore plus nettement avec « Bourbon, de la servitude à la liberté » en 1988, le CCEE encourage à réfléchir. Ce n’est que le début d’une longue tâche : constamment, que ce soit à l’occasion des avis sur les budgets de la Région, sur les projets de lois pour l’outre-mer ou à l’occasion de rencontres et colloques sur la culture, reviendront les idées fortes sur l’identité de La Réunion, sur la richesse de sa culture « zanbrokal », faite de toutes, mais semblable à aucune. Une culture d’ici, qu’il ne faut pas laisser disparaître, car elle est l’âme de tous les Réunionnais. Qu’il ne faut pas non plus laisser se fracturer au nom d’un communalisme dangereux : il est bon de savoir où est la source, si l’on garde à l’esprit qu’on est bien plus loin sur la rivière...

Un domaine où la vision non passionnelle du CCEE ne portera pas tous ses fruits est celui du créole. Il est vrai que le sujet est fortement plombé par la politique, entre les pesanteurs centralisatrices des uns et les envies d’évasion des autres. Les questions hautement conflictuelles des graphies, de l’enseignement en, avec ou sans le créole focaliseront toute l’attention, masquant le problème de fond qui est d’une part celui de l’accès à une égalité de connaissance pour toute une jeunesse créolophone, d’autre part celui de la création en créole et d’une transmission aux générations futures d’un patrimoine linguistique riche et unique à la fois. C’est en matière de musique, finalement, que les choses avanceront avec le plus de sérénité. Il est vrai que le créole, dans ce domaine, n’a jamais posé problème...

Les Rencontres de la Culture en 2000 seront un point fort de ce cheminement. Elles permettront de sentir à la fois la nécessité de l’ouverture (au monde par les nouveaux médias, à ses voisins de l’océan Indien ou tout simplement au voisin réunionnais un peu « autre ») et celle de se préserver d’une tendance à la mondialisation et à l’uniformisation. C’est dans cet ordre d’idée que le CCEE a, par exemple, toujours défendu la création locale et les émissions en créole sur les médias réunionnais. Pour que le « zanbrokal » ne soit pas étouffé, mais qu’au contraire tout Réunionnais puisse en être fier. Pari réussi dans certains domaines : entre autres, les CES Musique ont permis la naissance de groupes qui depuis ont fait leur chemin, et portent haut la « différence réunionnaise » sur les scènes internationales...

Partager sur les réseaux