Categories

Accueil > Les Actions > Manifestation EEDD 2016 > Les ateliers des rencontres > Atelier Déchets : Prenons ensemble nos responsabilités

fontsizedown
fontsizeup
6 juin 2016
Webmestre

Atelier Déchets : Prenons ensemble nos responsabilités

Le constat est rude : malgré le dispositif évolutif instauré, le comportement des habitants de la zone océan indien laisse à désirer.

JPEG - 142.1 ko
Une vue de l’atelier animé par Dominique Picardo

Les débats, nombreux sur la meilleure façon de gérer les rejets dus à l’activité humaine, se rejoignent sur la problématique à résoudre : comment accélérer le changement de mentalité ?

Les enjeux sont de taille : la diversité des déchets à traiter demande des installations adaptées.

Le centre d’enfouissement géré par le syndicat ILEVA [1] arrive à saturation et dès 2018, une solution pérenne devra être trouvée.

La loi sur la transition énergétique est contraignante sur les volumes d’entrées en décharge et d’enfouissement.

Prévention, recyclage, valorisation, développement de traitement multi filières et diminution du coût global de traitement des déchets doivent être au cœur des préoccupations de tous les acteurs.

L’ADEME [2] a un rôle prépondérant tant dans l’expertise, la communication que le soutien financier. L’association Emmaüs très impliquée dans le débat souhaite remettre l’homme et ses compétences au cœur de l’action en favorisant la seconde vie des encombrants.

Le SYDNE [3] quant à lui met en place des centres de tri dans le cadre d’une stratégie globale afin de valoriser au mieux et en partenariat avec certains partenaires privés, l’immense gisement des déchets locaux.

Eduquer à la lutte contre le gaspillage alimentaire notamment dans les écoles, favoriser le troc, amplifier le compostage, réduire le suremballage avec les importateurs, les propositions n’ont pas manqué.

JPEG - 128.6 ko
Coralie Latchoumane pilote la restitution en équipe

Deux d’entre elles ont toutefois été privilégiées :
- systématiser le retour à la consigne. La mise en place organisée de cette pratique, peu onéreuse et facile à initialiser doit cependant respecter les réseaux précaires existants tels les « gonifioles ». Réutilisation du produit, vente au détail, recyclage à moindre coût des bouteilles en verre ont séduit les participants.
-  organiser à l’intention de tous les publics des visites systématiques, des journées portes ouvertes des centres de tri/sites d’enfouissement. Plus onéreuse, cette proposition l’emporte pourtant car « c’est en constatant visuellement, que chaque consommateur aura envie de participer au vivre mieux ensemble ».

Remerciements :
- Dominique Picardo, animateur,
- Camille Lefranc, Maxime Leclercq,et Anne-Laure Payet, intervenants,
- Coralie Latchoumane, rapporteur
- les étudiants du Lycée agricole de Saint Paul.

Notes

[1Syndicat mixte de traitement des déchets du sud-ouest de la Réunion

[2Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie

[3SYndicat Intercommunal de traitement des Déchets du Nord Est de la Réunion

Partager sur les réseaux